Architecte
Rénové en
2005
Superficie (empreinte)
135 m2
Emplacement
Mexico, Mexique
Certaines parties de cet article ont été traduites en utilisant le moteur de traduction de Google. Nous comprenons que la qualité de cette traduction n'est pas excellente et nous travaillons à les remplacer par des traductions humaines de haute qualité.

Introduction

Architecte mexicain a conçu l’étude Felipe Leal Garcia Marquez à Mexico.

Leal prend la tradition inaugurée par Luis Barragán, l’un des architectes les plus influents de la modernité mexicaine, avec des propositions de haute qualité, les principes et les stratégies du Mouvement moderne, avec des locaux et le caractère références maternelle.

Dans ses œuvres, la recherche locale et les modalités d’adhésion universelles qui garantissent un temps précis historique et un lieu particulier. À leur tour, leur production est reconnue dans un engagement environnemental fort et une recherche du plein potentiel de l’environnement, qu’il soit naturel ou urbain, qui affecte à la fois la structure de ses œuvres comme le renforcement de l’identité culturelle.

Dans ce cadre, son ami, l’écrivain colombien Gabriel García Márquez, confie à l’architecte étendre son étude.

Concept

Le travail est une expérience dans la façon de faire les toits de la ville de Mexico. La proposition explore les possibilités de transformer ces zones en espaces verts qui offrent des logements de meilleure qualité dans leurs relations avec l’extérieur, permettent de transformer le paysage urbain et améliorer la qualité de l’environnement.

Dans cet ouvrage, l’architecte récupère jardin terrasses principe proposé par Le Corbusier, tout en tirant parti de l’environnement urbain. La proposition donne une valeur ajoutée, ce qui rend le profil retardé haute de la ville dans un nouvel environnement naturel.

Enfin, le matériau, la texture et la lumière a souligné que les éléments du travail.

Espaces

L’extension couvre 135 m2 de terrasse couverte. Le travail prend la forme de L, avec accès depuis la terrasse vitrage dans l’intersection de rejoindre la zone existante étendu au secteur.

L’entrée est encadrée par un semicubierto en porte à faux et une route sur le trottoir qui se poursuit à l’intérieur.

Les points de vue sont encadrés par une fente s’étendant à plus long mur de la terrasse, la finition dans un mur de verre à la fin de l’L.

La paroi de séparation de la nouvelle jambe du L, former une bibliothèque qui assure la continuité entre l’extension et la zone existante.
A l’extérieur, à la fois comme la brique divisant le travail, sont peints en blanc. La couleur est apportée par la végétation existante et des tailleurs de pierre et une grosse roche déposée de plafonner le L, à côté de la paroi de verre.

Photos

L'architecure est mieux expliquée en photos

Rejoignez-nous sur Instagram !