Architecte paysagiste
Erik Dhont
Remodélation architecte
Roland Simounet, Jean-François Bodin
Année de Construction
1656-1660
Rénové en
1979 – 1985, 2009-2014
Emplacement
Le Marais, Paris
Certaines parties de cet article ont été traduites en utilisant le moteur de traduction de Google. Nous comprenons que la qualité de cette traduction n'est pas excellente et nous travaillons à les remplacer par des traductions humaines de haute qualité.

Introduction

L’Hôtel Salé, le nom sous lequel il est surtout connu immobilier Hôtel Aubert de Fontenay, est probablement aussi écrit l’historien Bruno Foucart en 1985, « le plus grand, le plus extraordinaire, si ce ne est le plus flamboyant des grandes maisons parisiennes XVII siècle « , un bâtiment typique Mazarin qui a vu de nombreux occupants vont et viennent à travers les siècles.
Il a été construit pour Pierre Aubert, M. de Fontenay et collecteur des impôts prélevés sur le sel, sur le même temps qu’une autre construction ambitieuse, Vaux-le-Vicomte de Nicolas Fouquet. En fait, Pierre Aubert était un protégé de Fouquet. Aubert a fait sa fortune dans les années 1630-1640 pour diverses raisons, y compris un mariage avantageux, devenir un marché important à Paris et un conseiller et secrétaire du roi financière. Pierre Aubert a consolidé sa position en augmentant la taxe sur le sel pour le roi. Cette charge a créé un nom pour votre maison, qui est rapidement devenu connu comme l’hôtel Salé (« salé » je veux dire salée en français).
La belle maison, un bâtiment prestigieux et original plein de caractère a traversé de nombreux occupants au fil des ans et a été le choix naturel en 1974 pour abriter le futur musée à Paris dédié à la vie et l’œuvre de Picasso.

Situation

Le musée Picasso est situé au 5, rue de Thorigny dans le coeur du quartier historique du Marais, Paris , France .
Pierre Aubert, « Chevalier de la classe moyenne », cherchant à affirmer son ascension récente a choisi une zone à l’époque sous-développée, dans laquelle Henry IV de la France a souhaité encourager la construction de la Place Royale. Cet étalement urbain de la vieille Marais (« marais » en français) limitée avec l’Hôpital Saint-Gervais et champs des religieuses de Sainte-Anastasie. Pierre Aubert, seigneur de Fontenay, a acheté un terrain couvrant 3700 mètres carrés dans le nord de la rue de la Perle, pour £ 40,000 de son Ordre. Pour la conception de l’immeuble, a choisi un jeune architecte inconnu Jean Boullier de Bourges (ou Jean Boullier). Dans les derniers jours de 1659, le travail a été achevé et Pierre Aubert a pris possession de sa nouvelle propriété.

Concept et espaces

Hôtel Salé

Le bâtiment conçu par l’architecte Jean Boullier et construite entre 1656-1660, a été influencé dans sa conception par François Mansart art et Louis Le Vau. Parmi le patio et jardin du bâtiment principal, flanqué de deux petits bâtiments, des unités, des services, des écuries et une petite hausse de la cour. Sur le côté nord, de la rue de Thorigny, accessible par de grandes portes de la cour principale semi-circulaire.

Le hall d’entrée au centre de la façade se ouvre sur un grand escalier, une richement décoré sculpté par Gaspard et Balthazar Marsy frères et Martin Desjardins.
Au premier étage, une loge appelée salle Jupiter, avec trois grandes fenêtres arc, se tournent vers le grand escalier. Le rez de chaussée et le premier étage sont constitués d’une série liée de grandes chambres, avec des proportions majestueuses, la plupart donnant sur le jardin à l’ouest. Les petites chambres occupent les secondes penthouses de sol tout en caves voûtées se étendent sous le bâtiment.

Le style d’architecture

Le baroque italien, présenté par le cardinal Mazarin, architectes inspirés de l’époque de prendre de nouvelles approches de l’espace, qui, combiné avec l’héritage de François Mansart, consistant à introduire le classicisme de l’architecture baroque française. Une innovation de l’époque était l’Hôtel Salé composé de deux organes loges, deux lignes de chambres qui se étendent sur toute la surface du bâtiment. Son empreinte est asymétrique: la façade donnant sur la cour est divisée en deux par une aile perpendiculaire qui sépare la cour principale de la cour. Le tribunal, après une large courbe qui dynamise la façade reflète les innovations de l’époque. La façade se est marqué pendant sept baies ouvertes pour souligner «l’avant-corps » (bâtiment central) avec trois niveaux.

Le fronton classique de la petite zone centrale est un clin d’œil à Mansart, au-dessus, l’immense fronton orné de motifs d’acanthe, fruits et fleurs regarder vers le style baroque. L’abondance de la sculpture, sphinx et d’amours, suggère le caractère général de la façade baroque. La poursuite de la façade donnant sur le jardin est moins encombré.

Rénovation

  • 1979 – 1985

Entre 1979 – 1985 le bâtiment a été rénové et transformé par Roland Simounet. L’architecte a conçu des chambres spacieuses et blancs dans la séquence de pièces historiques avec des espaces modernes avec illuminés saillie sculptés murs, des trous et montrent une nette influence de Le Corbusier .
Simounet concentré ses plans architecturaux principalement dans le traitement des portes et des couloirs, les limites physiques et symboliques qui relient les espaces existants et de développer une «promenade architecturale», qui permet aux visiteurs de voir un manoir du XVIIe siècle, alors que l’œuvre de Picasso . L’éclairage et le mobilier en bronze coulé ou résine blanche a été commandé sculpteur Diego Giacometti.

  • 2009 – 2014

Entre 2009-2014 le bâtiment a subi de nouveaux projets pour la modernisation, la réhabilitation et l’extension. Cette fois, l’architecte est Jean-François Bodin collaboration avec l’architecte paysagiste Erik Dhont pour les jardins de loisirs.

La construction a commencé en 2011 et a pris fin en 2014 triplé l’espace d’exposition et des espaces publics, d’entrer dans les normes de sécurité modernes du musée et de l’accessibilité. La restauration a été réalisé avec soin, en respectant l’esprit et la forme originale de la restauration antérieure.
Jean-Françoise Bodin à son tour a créé une grande salle de réception pour le public dans les anciennes écuries. Il a étendu les collections des espaces d’exposition avec deux nouvelles usines et creusé le sous-sol pour créer une rue souterrain et des chambres avec des services reliant le bâtiment principal, écuries, jardin et des installations techniques du musée.

Restauration 2009 – 2014

Concept

Combinant terrazzo gris, pierres apparentes, blanchies à la chaux cimaises et objets monumentales avec des couches d’aluminium, Jean François Bodin a créé un monde très élégant minimaliste et moderniste. Escalier en colimaçon Twisted de la loge des écuries, accès par le jardin et le seau de jetons dans le bloc d’entrée sont parmi les éléments architecturaux les plus remarquables du projet. Avec son travail Bodin a réconcilié les différentes langues qui forment le riche patrimoine de l’architecture à partir du Musée Picasso, de plus en plus les espaces d’exposition.

Rez de chaussée

La partie historique de l’Hôtel Salé a également subi une importante restauration, y compris la décoration et sculptures du grand escalier, sous la supervision de Stéphane Thouin, architecte en chef des Monuments historiques.

Espaces

  • Accès: architectes déplacés vers un immeuble de bureaux administratives voisines et convertis l’ancienne grange située sur un côté de la cour sur un hall d’entrée élevé et minimaliste, plaçant l’un des ateliers du musée, un casier, une bibliothèque, une cafétéria et vestiaires ainsi que six espaces d’exposition. Au supriores étages sont accessibles par ascenseur ou les escaliers. Les deux l’escalier avec des murs blancs marqués comme des étapes plus larges sont revêtues avec des balustrades en bois de couleur naturelle et de l’acier, escaliers récupérés dans l’original est resté les marches de pierre et mains courantes étapes.
  • Sous-sol: dans le projet sept nouvelles galeries spacieuses et dans le sous-sol ont été ajoutés, appelé «études», même si au moment de son inauguration étaient encore inachevée. Les concepteurs ont également ajouté à cet étage auditorium, ateliers du musée et de nouvelles installations pour le personnel.
  • Plantes: en conséquence, les quatre étages et le sous-sol sont dédiés à l’espace d’exposition, avec 37 chambres et météorologiques, des systèmes techniques, la sécurité et l’accessibilité rénovées. Dans les premier et deuxième étages 8 écrans ont été placés dans chaque.

Au troisième étage ouvert un espace de 8 pièces où poutres apparentes entre partie en bois du XVIIe siècle de la collection de peintures de Picasso et ses amis artistes exposés. A l’étage l’entrée « cube » dans le café « méchants » a été installé avec terrasse pendant la journée et quand le temps le permet, fournit une vue d’ensemble sur la cour et la façade principale, quelques-uns des tours le bâtiment avec leurs tableaux noirs caractéristiques et les célèbres toits de Paris.

Escalier central

L’escalier central menant au premier étage est le maître de la maison a été entièrement restauré et remis dans son état initial. Il est basé sur le niveau de l’escalier conçu par Michel-Ange pour la bibliothèque Laurentienne à Florence. Au lieu d’un escalier fermé, cela va à deux sections impériales, dominé par un balcon et galeries projetée. Combinant divers effets visuels et angles de la perspective escalier rappelle un théâtre.

Planos

Photos WikiArquitectura

L'architecure est mieux expliquée en photos

Rejoignez-nous sur Instagram !