Musée Ordrupgaard – Extension
Architecte associé
PLH Arkitekter
Remodélation architecte
Zaha Hadid, Patrik Schumacher
Ingénieur
Ove Arup & Parnters, Birch & Krogboe
Ingénieur en structure
Jane Wernick Associates, Birch & Krogboe
Ingénieur acoustique
Birch & Krogboe
Ingénieur électricien
Arup Lighting
Promoteur
Museo Ordrupgaard y Ministerio de Cultura Danés
Année de Construction
1918
Rénové en
2001-2005
Emplacement
Charlottenlund, Danemark
Certaines parties de cet article ont été traduites en utilisant le moteur de traduction de Google. Nous comprenons que la qualité de cette traduction n'est pas excellente et nous travaillons à les remplacer par des traductions humaines de haute qualité.

Introduction

Le Musée Ordrupgaard a été construit en 1918 comme une maison de campagne et lieu de la remarquable collection de peintures impressionnistes et française et danoise magnat Fauves qui possédait le Wilhelm Hansen. Le bâtiment a été un musée public depuis 1953. Avec l’expansion réalisée en 2005 par Zaha Hadid et la maison de Finn Juhl en 2008, le musée a acquis une solide profil architectural.

Extension

L’extension par Zaha Hadid dans Ordrupgaard redéfini la relation entre les jardins de l’immeuble, créant un nouveau paysage lui-même en harmonie avec son environnement, tout en permettant aux visiteurs un non fragmentés entre la route de la construction, des collections et jardins dans une interaction régulière et continue entre les différents éléments et aspects de l’endroit.
La proposition soumise par l’architecte a remporté un concours organisé par le Ministère de la Culture du Danemark en 2001.

Maison de Finn Juhl

Finn Juhl était un architecte danois, designer d’intérieur à la fois sur les plans industriel, mieux connu pour son design de mobilier. Il était l’une des principales figures de la création de « Danish Design » dans les années 1940.
Votre propre maison est un exemple de l’intention de Juhl comme un architecte et designer. Il a construit la maison dans Ordrup Kratvænget 15 en 1942 sur un terrain de 1.700 m², à côté du parc Ordrupgaard. Merci à un don privé Lyngbye Birgit Pedersen, la maison est maintenant un élément permanent de Ordrupgaard. Les portes se sont ouvertes au public le 3 Avril 2008.

Situation

Ordrupgaard Art Museum est situé près Dyrehaven à Charlottenlund, 110 rue Vilvordevej, une banlieue au nord Copenhague Danemark Le musée abrite l’une des plus importantes collections d’art danoise et française du XIXe et du début du XXe siècle en Europe du Nord.

Concept

La conception est basée sur l’interprétation personnelle Zaha Hadid par rapport au paysage environnant et la relation avec le bâtiment d’origine, à la fois en taille et les proportions, et de l’espace pour de nouvelles galeries. La réalisation de cette interprétation a doublé l’espace disponible pour l’exposition et pour le public.

« … L’extension de la Ordrupgaard présenté une occasion d’explorer de nouvelles relations formelles entre les composantes du musée et le jardin qui encadre, dans la mesure où l’ensemble est une sorte de topographie elle-même … » (Zaha Hadid)

Comme dans de nombreux autres projets conçus par Zaha Hadid, l’architecte a travaillé pour décoder et interpréter l’environnement. Avant études sur le terrain de commencement, fit dans le Parc Ordrupgaard, le résultat a donné lieu à une figure moulée sophistiquée presque « suspendu » dans le terrain vallonné. Il a été dit que la mesure ressemble à une baleine échouée et un vaisseau spatial. Indépendamment des associations, est un bâtiment qui se replie parfaitement à la topographie du paysage.

Espaces

Le nouveau bâtiment avec une façade en verre qui reflète le paysage et des aperçus à l’intérieur environnante, obtient son opacité de contrepoint par un cuir noir made in situ béton qui l’entoure, complétée par diverses fouilles et remblais qui terminent votre disposition sur le sol.
L’expérience de l’espace est le principal point de l’extension, qui est à la fois dans l’harmonie et à la différence de l’ancien manoir. L’extension a doublé le Ordrupgaard de l’espace, qui se situe maintenant à plus de 3300 m², la création de la place pour de nouvelles installations d’exposition, une salle polyvalente, une salle et une cafétéria.

À l’intérieur

Le nouvel accès est d’une cour qui sépare physiquement le nouveau bâtiment de l’ancien bâtiment de la Galerie française.
Le Foyer est parallèle à la cour, en montrant aux visiteurs la direction des 5 nouvelles galeries, des fentes lumineuses agissent comme des dispositifs d’orientation.
A l’intérieur, le bâtiment a été ouvert comme un «espace fluide», qui est difficile à détecter la transition entre galeries et de couloirs entre les planchers et les plafonds.

Les chambres se livrent en permanence les courbes de la terre avec le toit de haut en bas à mesure qu’elle progresse. Les grandes surfaces de verre et de l’approche de paysage environnant permettent en plein jour renforcement de l’intégration de l’immeuble.

Une longue rampe en pente divise galeries et des espaces temporaires et permanentes conduit à la salle polyvalente et le Café donnant sur le jardin. Café blanc brillant à une extrémité du bâtiment incurvé, à droite dans le jardin, crée le sentiment d’une certaine conservatoire ultra-moderne et élégant.
Dans de nombreux endroits, les parois sont raides et irrégulières, en explorant une variété d’angles torsadées.

  • Galerie

La lumière naturelle et modère filtrés comme il traverse l’enveloppe du bâtiment, le plafond. Les actions sombres béton lavé le feu des projecteurs avec le verre, d’autres avec des courbes des angles extrêmes. Mais dans le cœur de l’édifice, où l’art est, les espaces sont presque « choyés ». Ici, le plafond de béton gris coupé avec rampes de lumière, toujours avec la bonne intensité pour l’affichage et la conservation des peintures.

  • Terrazas

Les terrasses sont conçus pour se connecter avec existant dans les jardins de la maison, permettant aux visiteurs une nouvelle connexion visuelle.

Structure

La galerie occidentale est en fait une extension en porte à faux se connecte avec l’ancien bâtiment au deuxième étage. Pas de repères visuels de la transition, en dehors d’un ruban de lumière sur les deux côtés du mur, passaient sans problèmes le nouvelles à l’ancien. Ceci est un acte délibéré, comme le cantilever structurellement ne bénéficie pas de la présence des murs. Extérieurement le syndicat est reconnu, la formation d’un porche sur l’escalier extérieur emmène les visiteurs au jardin sud et donne accès aux espaces de la cuisine et d’autres chambres à l’étage.

Ce surplomb que les ponts émis structure en sandwich avec une épaisseur de 200 mm isolation entre l’enveloppe extérieure de béton de 150 mm à 330 mm à l’appui de la paroi intérieure, également en béton armé. Ces 680mm donnent une orientation de la logique structurelle, évident partout, depuis l’apparition de la barre de pierre acrylique pour les murs courbes qui se connectent à l’ancienne terrasse, à travers le voile de toit sur les galeries sombres et les flux en sous-sol, guider les visiteurs le long de la rampe d’accès à la salle d’exposition temporaire en franchise de liens à cette terre se lève et rejoint le paysage.

Matériaux

Dans la construction de la structure solide qu’ils sont en béton, de verre et de vitrage isolant utilisé principalement renforcé.
Dans la douceur, mouvement fluide ancienne extension Ordrupgaard transmet une transition gracieuse entre le paysage et l’architecture. Les grandes façades en verre attirent la lumière et de la nature dans le bâtiment, se tournent le bâtiment a été coulé dans le béton de lave noire. La couleur noire tactile semble presque vivante dans son jeu de nuances, parfois d’autres gris mat noir brillant, en fonction de la lumière et du temps de la journée.

Dessins

Photos

L'architecure est mieux expliquée en photos

Rejoignez-nous sur Instagram !