Année de Construction
1774, 1899
Emplacement
Bruxelles, Belgique
Certaines parties de cet article ont été traduites en utilisant le moteur de traduction de Google. Nous comprenons que la qualité de cette traduction n'est pas excellente et nous travaillons à les remplacer par des traductions humaines de haute qualité.

Introduction

undefined

Le Musée des Instruments de Belgique (MIM) fait partie du Département royal des Musées d’Art et d’Histoire et dépend de la Politique scientifique fédérale belge. En plus d’être un musée, l’institution fait un travail d’éducation, de recherche, de concerts et d’événements publics.

Le centre participe à des événements comme la Nuit des Bruxelles le festival de musique, le Festival d’été Bruxelles et des conférences sur le patrimoine Belgique chez les autres. Il a une grande renommée mondiale en raison de sa vaste collection de plus de 7000 instruments de musique. Ceux-ci sont bien entretenus et restaurés si nécessaire. Pour sa délicatesse, certains ne sont pas la vue du public. MIM fait partie du MIMO (Musical Instrument Musées en ligne) et projet européen Europeana. Le site Web du musée permet également de choisir le travail éducatif, par exemple, l’instrument du mois et montrant l’histoire de ce et diverses informations en images et vidéos.

Depuis 2000 MIM est devenu un point important dans le tourisme culturel de la ville avec une moyenne de 125.000 visiteurs par an. Bien que l’organisation actuelle du MIM date de 1992, le centre originaire en 1877, lorsqu’il est ajouté au Conservatoire Royal de Bruxelles avec le but didactique de montrer aux étudiants les instruments anciens. Les premières collections du musée appartenaient à la célèbre musicologue belge François-Joseph Fétis (de 1784 à 1871), acquis par le gouvernement en 1872, et le rajah Sourindro Mohun Tagore (1840-1914), qui a offert au roi Léopold II en 1876 et Il est contenant une centaine d’instruments de musique indienne. Fétis a également été le premier directeur du centre.

Ces débuts étaient déjà très bon en soi, mais le premier conservateur, Victor-Charles Mahillon (1841-1924), a élargi la collection en la rendant plus importante dans le monde entier. À sa mort, le MIM avait déjà 3666 articles, dont 3177 étaient des instruments originaux. Mahillon effectué leur travail très bien et dépasser les attentes de tout le monde. En outre, entre 1880 et 1922, le conservateur a développé un catalogue en cinq volumes contenant un essai qui a formé la base pour le travail ultérieur de EM von Hornbostel et C. Sachs qui est encore utilisé pour classer les instruments. Mahillon était également responsable de la création en 1877 de l’atelier où Franz de Vestibule restaurer les instruments et les copies faites de copies d’autres collections publiques qui ne pouvaient pas être trouvés Bruxelles

A partir de 1880 concerts avec des instruments ou des copies de ces anciens ont été organisées. Ceux-ci ont été faites par François-Auguste Gevaert, qui a succédé à Fétis en face du Royal Conservatory of Music. Concerts, où ils ont joué enseignants et les étudiants, est devenu célèbre Bruxelles et à Londres à la fin du XIXe siècle.

Mahillon augmenté collection d’instruments à travers ses connexions avec les philanthropes, d’éminents universitaires et des diplomates dans les pays étrangers. Il est également engagé à acheter à des instruments de ventes pour compléter les collections qu’il avait en tête pour le musée.

Le rythme de croissance des collections a fortement chuté après la mort de Mahillon en 1924. Ernest Closson (1870-1950), son successeur, a écrit beaucoup sur les instruments de musique, entre autres choses par une monographie sur la construction d’instruments de musique Belgique qui figure à l’Exposition universelle Bruxelles en 1935. Cependant, le nombre d’artisans d’instruments de Belgique a chuté de façon spectaculaire dans les années 20 et 30.

Roger Bragard (1903-1985), conservateur de la MIM entre 1957 et 1968, a réussi à renverser la vapeur en arrière, attirant l’attention de la ministre de la Culture et Sara Huysmans et d’apprendre à effectuer des réformes dans le MIM et a embauché plus le personnel, entre autres mesures. De nouvelles pièces ont été acquises à ce moment-là par le MIM.

René de Maeyer Bragard a repris entre 1968 et 1989, l’embauche de spécialistes dans différents domaines de l’organologie. Nicolas Meeus, en charge entre 1989 et 1994, a proposé l’idée de déménager le musée bâtiment Old England, qui a été menée sous le commandement de Malou Haine. Actuellement, la personne en charge est le directeur général des Musées royaux d’Art et d’Histoire, Eric Gubel.

Architecture

undefined

Le emplacement d’origine de la collection, en 1877, était une annexe du Conservatoire Royal de Musique dans la Rue aux Laines / Wolstraat. Plus tard, il a déménagé à un immeuble de la rue de la Régence / Regentschapsstraat, conçu par l’architecte Jean-Pierre Cluysenaar. Le centre a ensuite pris une petite maison sur le coin de la Place du Petit Sablon / Petit Sablon, qui est devenu la maison du directeur François-Auguste Gevaert (1828-1908). En raison de la croissance rapide de la collection, un nouvel emplacement devait être recherchée. En outre, les conditions dans lesquelles les instruments ont été stockés étaient loin d’être idéales, donc quand la situation est devenue critique en 1926, Louis Cavens menacé de récupérer les objets donnés au musée si le gouvernement n’a pas pris des mesures pour améliorer situation. Ont été des solutions de contournement et boutique Rue aux Laines / Wolstraat élargi et le bâtiment de l’angle de la place du Petit Sablon menée / Petit Sablon est devenu un espace d’exposition.

Arrivée années 1970, la collection a déjà été divisé en quinze bâtiments différents dans la zone du Sablon et de Nord / Noord. Il était à cette époque où le gouvernement a réalisé qu’il devait trouver une solution permanente à unifier l’ensemble du musée. En 1978, les anciens bâtiments de magasins Old England pour accueillir deux expositions ont été achetés fichiers.

Ces deux bâtiments sont très différents dans le style, un style néoclassique, qui surplombe la Plaza Royale / Koningsplein et l’autre moderniste, en Montagne de la Cour / Hofberg. La première partie du projet pour l’ensemble du bloc 1774 par Barnabé Guimard qui a été inspiré par la Place Stanislas à Nancy. Le second est l’un des plus grands interprètes du Bruxelles construite en 1899 par Paul Saintenoy Outre ces deux bâtiments, un troisième a été construite dans la Rue-Villa Hermosa-Straat pour accueillir plus de stockage des collections.

La conception de ces bâtiments a pris plusieurs années, la fin du processus en Décembre 1998. Le transfert des collections faites en 1999 et a duré dix mois. Le nouveau MIM ouvert en Juin an 2000.

Situation

Le Musée des Instruments de Belgique signifie au numéro 2 rue Montagne de la Cour Bruxelles La gare la plus proche est la gare de Bruxelles-Centrale, situé à environ 200 mètres. En transports en commun, vous pouvez rejoindre le centre avec les lignes 1 et 5 stations de métro à la Gare Centrale ou Parc, et les lignes de bus 27, 38, 71 et 95 arrêter à la Royale. Il ya aussi une station de vélos juste en face du musée, le nombre 20.

Concept

Bruxelles Royal Square

Le MIM fait partie de tous les musées du Mont des Arts, dont est aussi le Bozar Ceci est une zone où les centres culturels de la capitale belge sont concentrées.

L’actuel Musée des Instruments de Belgique est constitué de deux bâtiments. La partie la plus ancienne de l’ensemble des biens carré. Néoclassique suit la tendance du temps pour mettre en place une seule image d’un espace urbain à travers les bâtiments et les différentes architectures. Donc caractéristiques internes de chaque bâtiment sont subordonnées à l’image de la ville et crée est de la scène urbaine. La place est composée symétriquement terre tout en continuant le même schéma dans les différents fronts, avoir un point central dans la composition occupé par l’église de Saint-Jacques-sur-Coudenberg-.

Cet ancien bâtiment de la MIM, construit en 1774, est l’œuvre Barnabé Guimard (1731 à 1805) et Jean-Benoît-Vincent Barré. L’Hôtel de Spangen a été construit à l’initiative des autorités autrichiennes à l’époque pour remplacer l’ancien palais du Coudenberg, a brûlé en 1731. Ce nouveau palais a été inspiré par les modèles français comme Nancy place Stanislas et du Royal Plaza de Reims. Le projet, approuvé en 1774 par l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, a fini par être un plan monumental qui a impliqué plusieurs architectes et les guildes de financement nécessaires et les nobles de la région. Le bâtiment a eu tout au long de son histoire de nombreux usages différents, y compris: résidence du prince Guillaume d’Orange, un tribunal militaire, ministère des Travaux publics, le ministère des Chemins de fer, Cour des comptes, bureau d’excursions, hôtel, une partie de la magasins « Old England » et Musical Instrument Museum (MIM).

Le bâtiment moderne datant de 1899 et conçu par Paul Saintenoy Il l’a construit comme une extension des magasins Old England, situé dans l’Hôtel de Spangen. Comme un bon exemple du modernisme belge, le bâtiment, principalement du fer, a de grandes ouvertures qui permettent l’afflux de lumière à l’intérieur. Il montre également des motifs typiques de ce mouvement que des détails floraux et formes sinueuses.

Espaces

Le Musée des Instruments de Belgique est situé dans un magnifique complexe Bruxelles Cela consiste en un bâtiment moderniste et autres néoclassique. Entre les deux numéros de 1200 instruments dans quatre galeries. L’exposition est accompagnée par des panneaux d’information, des photographies et des sons.

Architecture

Spangen Palais

Palais Spangen

bâtiment néoclassique inclure sa façade recouverte de pierre blanche, une caractéristique qu’elle partage avec les autres bâtiments de la Royal Plaza, beaucoup fait par le même architecte, en raison d’une loi de 1781 qui a défini le look de cette place Il devrait avoir. Il se compose de trois étages prennent une composition classique, répartis sur une base rez-de-chaussée, deux étages et le corps de bâtiment, et comme la balustrade de couronnement. Le mur qui jouxte le bâtiment Art nouveau étend à l’adapter. L’intérieur de l’édifice conserve également son style néoclassique originale qui met en valeur les pierres et du parquet et des murs et moulures au plafond.

Old England

Old England

La première image que le visiteur venant du centre-ville, est ce bâtiment, accompagné de l’architecture néoclassique de l’église de la Royal Plaza. Tant contraste dans le style et le ton. Comme vous descendez dans la rue en pente peut être apprécier de plus en plus les détails de l’architecture moderniste de ce bâtiment. Sur les six plantes qui composent le bas, il est encadré par un auvent qui accompagne la passerelle, et celui-ci est surmontée d’un dôme, où le bar sur place, et une tourelle décorative sur le coin se trouve. Parallèlement à ces deux volumes sont coiffes dépassant du sol de la façade. Le plus emblématique de ce point est le signe « Old England », le nom de grands magasins qui proviennent cet espace. Avec lui, il ya un certain nombre de boucliers qui forment une frise. L’ensemble des rails et des décorations sont forgé façade de fer, représentant des motifs végétaux. Ils sont accompagnés par des frises, des assiettes de faïence avec des bâtons.

Programme

Le MIM a des galeries d’exposition, une salle de concert, un espace pour des ateliers (sur réservation), un magasin, une bibliothèque et un restaurant avec vue sur la ville Bruxelles Depuis mai 2015, le violon artisan Thomas Meuwissen a établi son atelier dans les locaux de la MIM.

Les galeries

Dans le 4ème étage SAX200 a été exposée jusqu’au début de 2015. La galerie est en cours de rénovation et rouvrira en 2016.

Au 2ème étage, il ya des expositions thématiques, organisés chronologiquement, de la musique classique occidentale du Moyen Age et de la Renaissance à la fin du XIXe siècle.

Dans le 1er étage est une salle dédiée aux instruments de musique traditionnels. Ceci est un favori visiteurs de l’exposition. Commencez Belgique et passe par toutes les cultures européennes et le monde. Une curiosité montré dans cette pièce est que, en dehors de l’Ecosse, de nombreux autres pays ont leurs propres versions de la cornemuse. Il montre également que les Tibétains ont des instruments de musique fabriqués à partir des os de leurs camarades morts et tambours africains font le rôle de Twitter.

A l’étage -1 est l’exposition « Musicus mechanicus » sur les instruments mécaniques, électriques et électroniques. La pièce phare de cette salle est le componium un instrument d’orchestre XIXe composer une infinie variété de la musique automatiquement siècle. Cet étage est aussi la collection d’horloges et des cloches.

Exposition au Palais Spangen

Collections:

  • Vent et à percussion instruments occidentaux (Géry Dumoulin).
  • Instruments à cordes occidentaux (Anne-Emmanuelle Ceulemans).
  • Claviers historiques (Pascale Vandervellen).
  • Instruments électriques et électroniques (Wim Verhulst).
  • Ateliers et constructeurs accessoires (Géry Dumoulin, Anne-Emmanuelle Ceulemans).
  • Instruments traditionnels européens (Wim Bosmans).
  • Afrique (Saskia Willaert).
  • Moyen-Orient (Saskia Willaert).

Restaurant à Old England
  • L’Extrême-Orient (Claire Chantrenne) .
  • Inde, Afghanistan et au Pakistan (NN).
  • Indonésie (NN).
  • Du Nord et Amérique du Sud (NN).
  • Océanie (NN).

Le restaurant

Le point du restaurant le plus spectaculaire est le dôme de la vieille Angleterre, Art Nouveau, d’où vous aurez une vue magnifique sur la ville Bruxelles

La salle de concert

Il est situé au 8ème étage et a deux cents emplacements. Il a été construit à partir de zéro dans la partie néo-classique de la MIM. L’atmosphère est très intime parce que la chambre dispose d’un arrangement similaire des amphithéâtres grecs, distribuée au public dans un demi-cercle autour des artistes. Pas souvent nécessaire un amplificateur sonore, puisque la relation entre l’artiste, l’instrument et l’auditeur est si proche. La plupart des concerts offerts dans cet espace gravures sont en vente, l’atmosphère éducative pour les différentes fonctions ou espaces d’exposition. Le fichier MIM contient déjà 400 CD de musique. En outre, le MIM vend ses propres enregistrements dans la boutique du musée. La salle de concert peut également être loué pour des événements, des réunions, des conférences et des spectacles privés. Ce service peut être combiné avec la location du restaurant. Concerts mettant en vedette MIM généralement lieu dans cette salle, mais parfois ont lieu dans les salles d’exposition. Un an sont habituellement effectuée environ 130 événements musicaux.

La boutique

Vend des livres, des CD, des cartes postales et toutes sortes de gadgets musicaux. Le magasin est toujours aussi en fournissant des éléments des clients qui reflètent la passion du centre par des instruments de musique et l’Art Nouveau. Il comprend aussi les publications pour enfants et à caractère éducatif.

La bibliothèque

Escalier de la vieille Angleterre

Ses origines coïncident avec le centre, fondé en 1877. La bibliothèque comprend les avancées scientifiques dans le monde de la musique et est en constante expansion. L’espace est ouvert au public et est souvent utilisé par les chercheurs, musicologues, étudiants, facteurs d’instruments, des guides et des employés de la MIM. La bibliothèque contient aussi beaucoup d’informations sur l’organologie (l’étude des instruments de musique), comprend des informations sur,, musique ethnique traditionnelle occidentale et une variété de catalogues d’expositions que le musée a eu lieu. A aussi des publications sur les performances musicales et d’autres formes d’art. Fondation Robert Pernet sous la Fondation Roi Baudouin personnalisée prend une partie de la bibliothèque dédiée au jazz belge depuis 2004. Les archives de la bibliothèque, publications, livres, magazines, journaux et matériel audiovisuel doivent être vérifiés dans la chambre. Le matériel est disponible en plusieurs langues. Le centre a également catalogué sa collection et de nouvelles acquisitions pour les expositions. Les catalogues sont disponibles en ligne: Carmentis, MIMO et Europeana.

Ateliers et fichiers

Atelier de restauration

Dans cet espace par des artisans qui conservent et restaurent les instruments qui ont le musée. Il ya des spécialistes qui travaillent dans le bois, le cuir, le cuivre et le traitement de surface. L’atelier est ouvert uniquement ses portes à d’autres professionnels travaillant dans la conservation de demander instruments cités précédemment. Les restaurateurs font un excellent travail de recherche historique avant de se mettre au travail, contrairement à ce qui a été fait auparavant. Le premier restaurateur de centre, Franz de Vestibule, a été consacrée en 1890 seulement pour garder les instruments pour qu’ils puissent toucher et faire des copies, le tout sous la supervision du commissaire Victor Charles Mahillon (1841-1924). Le MIM a quelque 1.200 instruments exposés, mais plus de 5000 fichiers. Ils sont propres et dans un état stable et parfaite de la lumière, l’humidité et la température de conservation.

Meuwissen Atelier

Ceci est un atelier de fabrication d’instruments où le public peut voir en direct car ils sont créés et peut communiquer avec ses créateurs.

L’atelier

Cette activités spatiales pour des groupes d’enfants mais aussi les adultes portent. Ici, les visiteurs peuvent jouer des instruments et des matériaux de contact, les sons et les vibrations. L’espace est divisé en plusieurs zones pour différents types d’instruments.

Structure and Materials

La structure néoclassique porte ses murs, tandis que bâtiment moderniste se compose de minces dalles de béton, huit cm d’épaisseur, appuyés sur de fines colonnes de fer.

Les matériaux utilisés dans le Barnabé Guimard sont maçonnerie et pierre sur l’extérieur et de plâtre pour les moulures et les noms des bois pour les planchers, à l’intérieur. Les matériaux prédominants dans la construction Paul Saintenoy sont le fer forgé, la fonte et le verre. En outre il ya des frises façade et carrelages en terre cuite et le marbre à l’intérieur.

Vidéo


Photos

L'architecure est mieux expliquée en photos

Rejoignez-nous sur Instagram !