Architecte
Conçu en
1899
Année de Construction
1900-1912
Rénové en
1999
Hauteur
5 m
Emplacement
Paris, France
Certaines parties de cet article ont été traduites en utilisant le moteur de traduction de Google. Nous comprenons que la qualité de cette traduction n'est pas excellente et nous travaillons à les remplacer par des traductions humaines de haute qualité.

Introduction

undefined

Paris contient 303 stations et 387 couloirs et les halls. Bien qu’il y ait été renouvelé à plusieurs reprises, sa conception originale est de style Art Nouveau. Cette image est tenté de retenir dans la restauration de 1999, tandis que la nouvelle ligne 14 a voulu donner un air plein de siècle.

Comme toutes les entrées de stations de métro, il remplit également sa mission principale: être visible de la rue et de montrer les lignes de transmission à laquelle il donne accès par le biais de son panneau d’information.

La conception de la premières entrées Paris découle d’un concours organisé par la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris, le Train Company métropolitaine de Paris (CMP), en 1899, juste avant l’ouverture et l’entrée en exploitation de ce service. Bien que le vainqueur a été l’architecte Henri Duray, Président de la CMP, Adrien Bénard, il a préféré la conception de l’architecte municipal Jean-Camille Formigé. Plus tard, il a suggéré Héctor Guimard (1867-1942), qui a montré un style Art nouveau dans sa proposition qui attirent les Parisiens à utiliser ce nouveau mode de transport. Avec ce choix a été conclu un accord avec les autorités municipales. Ce projet dévoilé Guimard au style Art Nouveau avec des publics qui, jusqu’ici, seuls les riches était familier.

Après Hector Guimard CMP architecte embauché Cassien-Bernard. Cette néoclassiques propositions faites dans la pierre, totalement différent des entrées expressives Guimard À la fin de la Belle Époque les bouches de métro ont été commandées plusieurs architectes qui a de nouveau utilisé les grilles de fer, mais des entrées originales dans plus austère. Aujourd’hui, une grande partie des entrées de la ligne allant du nord au sud Paris ligne 12, sont toujours dans le style Art Nouveau, tandis que les entrées construites à partir des années vingt partir ont été conçus avec une un style plus minimaliste.

Répliques de la conception originale Paris ont été exportés vers les villes Lisbonne Mexico Moscou Pourtant, Paris aujourd’hui, il ya un seul endroit au monde où cette création Hector Guimard peut être admiré. Il Montréal Le transport de la RATP autorité Paris fait don de cette entrée de la ville en 1967 pour commémorer leur collaboration dans la conception de la station de métro. Il est situé dans la station Square Victoria. Parce que la Guimard a été basé sur une conception modulaire, la porte pourrait reconstruire basés à Montréal pièces entrées de Paris précédemment démoli. Cependant, certains détails comme l’affiche, carte de métro et des zones sur les feux sont les reproductions effectuées au cours de la restauration effectuée entre 2001 et 2003. Le carrelage blanc oui ils sont du même type que ceux utilisés dans la bouche le Paris Le fait que la conception Guimard venus jusqu’ici est dû à visiter le maire de Montréal, Jean Drapeau, Paris au moment de leur métro de la ville a été en cours de conception. Drapeau vu démoli l’entrée de la station Etoile, a nommé aujourd’hui Charles de Gaulle-Étoile, alors il a suggéré qu’il soit déplacé à leur ville.

Au fil du temps la proposition initiale Guimard est devenu un symbole de la ville de la lumière, qui se joue dans de nombreux objets conçus pour les touristes.

Situation

Ce projet est distribué le long de la ligne de métro Paris Aujourd’hui, plusieurs des entrées des stations, y compris la Porte Dauphine et Abbesses sont préservés.

Concept

undefined

Ce projet dispose d’un mobilier urbain, le style moderniste clairement non conventionnelle au moment de sa création, mais a été bien accueillie par la majorité du public parisien. Comme un bon exemple de l’Art nouveau ce travail à profit les capacités de nouveaux matériaux industriels pour créer de belles formes inspirées par le monde naturel, montrant une attention particulière aux détails.

Comme cela est arrivé dans le Maison Coilliot l’entrée du métro Hector Guimard fait à double vocation. Sur l’accès des cadres de métro d’une part tout en servant simultanément de la propagande ou de la revendication de ce nouveau mode de transport. Pour ce Guimard il a fait usage de formes florales pour définir l’entrée et l’allumage des feux disposés symétriquement en forme de fleurs. Le projet peut être considéré comme un exemple de l’Art Nouveau dans l’architecture, le design et la publicité se réunir dans un seul objet ou la forme.

Dans le but d’embellir la ville, pour faire connaître le style moderniste et de profiter des progrès de la Hector Guimard proposition conçu de façon modulaire.

Bien que cette proposition était comme la grande majorité des gens, il y en avait qui n’a pas aimé. Comme preuve de ce que nous avons écrit P. Augustin Cotard, « La provocation pornographique M. Guimard et Bénard», publié dans le journal ‘La Croix’ Paris 17 Mars, 1902 (traduction castillan par Marisa Garcia):

« Deux ans seulement après que M. Hector Guimard osé couvrir la bouche de la station de métro Muette avec une vaste gamme de verre que nous pourrions appeler -espantajo parce que les synonymes de ce supplément est limitée à la frivolité, la débauche et la licence morale, la société Paris Metropolitan daigne à nouveau de recourir à de présumées talents de cet homme. […]

Le pas de style M. Guimard, attribuant ses adhérents défendre valeur utilitaire est […] une copie laide et brutale dans les matériaux les plus ordinaires, les irrégularités de la nature. Ce laxisme formes dévoile le panache intellectuelle pénale de son auteur.

M. Guimard jouer obscène donc pas la peine de jouer, au lieu d’utiliser les talents qui lui sont confiées par le Créateur à loarlo en quête de perfection absolue. […] Dans la station Monceau, comme dans d’autres quartiers de Paris, les promeneurs sont insultés par M. Guimard crasse pornographique.

M. Guimard qui crie dans tout Paris qu’il ne veut rien à « cacher la laideur sous », et dit aussi que, Eiffel en dépit de ses matériaux, une répétition parfaite de motifs, de la rigueur, de la rectitude de M. Guimard sait vain.

undefined

M. Guimard acte de gaieté de cœur, nous sommes conscients, et n’a pas d’autre but que de rendre nos concitoyens partagent leurs perversions. Circonvolutions végétales de sa précédente «création» dans la Muette nous choquent, évidemment, par les convoitises de leurs formes, propres idées pour susciter la convoitise dans les citoyens les plus faibles. […]

Les moyens qui décoraient l’entrée de la station Monceau apparaissent développements honteuses nature charnelle. Comme pour les deux branches encadrant le haut de l’échelle et les envelopper comme un réceptacle de deux formes de verre poli, de forme oblongue, de forme sphérique, translucide et le sang, ne peut être utilisé la métaphore que M. Guimard depuis quelques années -et nous nous sommes battus sans falta- de la représentation publique le plus odieux et insupportable du sexe féminin.

Les récentes déclarations de M. Guimard cités par combat ne peuvent pas être plus clair à ce sujet: «Les hommes déplacés de métro dans la capitale et fluides circulant dans le corps humain, et je voulais, avec cette entrée, indiquant une graine, un changement d’état dans l’homme, devenir une particule intérieure « . Ces fins anatomiques sont éloquents, et nous ne pouvons qu’espérer que l’auteur recevra le châtiment qu’il mérite pour ses actes « . – P. Augustin Cotard

Espaces

undefined

Guimard visant deux options pour les entrées de métro, certains avec un toit de verre et autres sans elle. L’architecte a été très inspiré par les formes de la nature et, comme il l’a fait dans d’autres œuvres, il réfléchit sur ce projet. De par sa conception ont été construits entre 1900 et 1912, 141 bouches de métro, dont 86 sont conservés encore.

Le type d’entrée avec couvercle en verre, appelés édicules, montre une conception sous la forme d’éventail ouvert. Certaines stations comprenaient également un panneau opaque orné de motifs floraux et de vignes. Des exemples de ces entrées étaient souterrain à la gare de Lyon, aujourd’hui disparu, et l’arrêt Hôtel de Ville, situé aujourd’hui à Abbesses.

Les plus belles entrées ont été construits en Étoile arrête et Bastille, aux extrémités de la ligne du métro d’ouverture Paris ligne 1. Les deux ont été détruites dans les années soixante. Aujourd’hui, vous ne pouvez voir trois entrées de métro, y compris édicule. Deux d’entre eux sont d’origine, la Porte Dauphine et Abbesses, déplacés en 1974 à l’Hôtel de Ville. Le troisième est une réplique faite en 2000 à la station Châtelet.

Le modèle le plus simple d’entrée sans couvercle de verre comprend un signe qui lit « Métropolitain » entre deux lampes aux formes organiques, comme si elle était tiges de fleurs où la lampe en forme de larme orange est enveloppé une feuille, comme les lys de la vallée et d’autres fleurs.

Structure and Materials

Depuis que le projet résulte d’abord à l’échelle urbaine, il est composé de plusieurs modules, facilitant ainsi l’assemblage et la réplication à des saisons différentes de la ville. Par conséquent, les principaux matériaux utilisés sont en fer forgé et en verre. La structure a une taille d’environ cinq par quatre mètres et une hauteur d’environ 90 centimètres. La partie contenant le signe et les lampes ont une hauteur de cinq mètres.

Vidéo


mrKKVWWKsDs

Photos

Photos récentes (#metropolitainparis)

metropolitainparis

L'architecure est mieux expliquée en photos

Rejoignez-nous sur Instagram !