Cité-refuge de l’Armée du salut

Architecte
Année de Construction
1929-1930
Emplacement
Paris, France
Certaines parties de cet article ont été traduites en utilisant le moteur de traduction de Google. Nous comprenons que la qualité de cette traduction n'est pas excellente et nous travaillons à les remplacer par des traductions humaines de haute qualité.

Introduction

La “Cité-refuge” ou la surnommé ‘Armée du Salut est un bâtiment consacré au service général de l’Armée du Salut, comme un hébergement pouvant loger 500 sans-abri.

Elle a été construite à partir de 1930 par Le Corbusier et son cousin Pierre Jeanneret, et inauguré par le président Albert Lebrun le 7 Décembre 1933 sous le nom “Refuge de Singer-Polignac”, en hommage à la princesse Edmonde de Polignac.

Situation

Située dans la ville de Paris, 12 Rue Cantagrel – 37 Rue du Chevaleret, Gare, a été conservée dans son état d’origine jusqu’en 1952, lorsque la défaillance du système de refroidissement de l’immeuble a forcé à Le Corbusier à sa réforme, en remplaçant la façade principale, ouvrant les fenêtres pour placer derrière une série de diaprures multicolores (brise-soleil).

Concept

Prédécesseur de l’Unite d’habitation Marseille, Le Corbusier commence ses expériences à travers cette magnifique production bienfaitrice. Ce bâtiment exprime ses idées envers le logement social. Il s’agit d’une résidence collective aux services communs et aux chambres normalement collectives, mais le petit bâtiment abrite aussi des salles consacrées aux mères et leurs petits. Des pièces compactes apportant l’occasion d’adopter une approche radicale pour attirer la lumière (du soleil), l’air, des facteurs de base parmi les concepts de propreté et de confort.

Le Corbusier avait pensé d’abord à équiper le bâtiment d’une façade genre mur-rideau en verre et acier pour garantir les idées ci-dessus indiquées. Mais il ne comptait pas que le double vitrage ne serait pas réalisé d’après le projet. Cela reflète son idée d’une “respiration exacte” comme il le souligne dans son livre “La Ville Radieuse”, en affirmant que l’homme doit respirer, prendre le soleil selon ses propres besoins.

Il existe un élément important au rez-de-chaussée: nous pouvons percevoir comme il reprend l’élévation du vide et remporte ver l’extérieur le hall et l’accueil, contenus dans des géométries diaphanes, droites et courbes, mais toujours dans le schème du domino.

Espaces

Le bâtiment est divisé en rez-de-chaussée et six niveaux:

  • Rez-de-chaussée

Le hall d’entrée est conformé par un prisme rectangulaire qui mène au hall principal à travers un escalier de bienvenue. L’accueil se trouve dans un volume cylindrique contenant des murs incurvées en brique et verre.

À l’intérieur du bâtiment se trouvent les services communs pour les résidents temporaires tels que salles à manger, cuisines, salles de bains, salons, bureaux généraux et déambulatoires. Comme mentionné ci-dessus, Le Corbusier crée le hall séparé du bâtiment, ce qui lui confère une autre catégorie d’espace et en même temps, le rôle de “filtre” devant les espaces communs.

  • Niveau pilote (dortoirs collectifs)

Le résident devra se rendre jusqu’au centre de l’édifice et utiliser la circulation principale composée d’ascenseurs et d’escaliers avant atteindre ce niveau.

Là se trouvent d’amples espaces tels que des salles de classe contenant les chambres collectives le long de la façade libre, à l’arrière du bâtiment, sur la façade postérieure, se situent les chambres simples, séjours et des équipements tels que salles de bains et couloirs. Cette distribution se reproduit sur cinq étages finalisant avant l’attique.

  • Niveau combles

Dans les combles se trouvent des chambres simples, un peu éloignées de la façade principale, car une terrasse accessible depuis circulation centrale longe le bâtiment.

Tous les niveaux sont décorées en couleurs, plans et surfaces délimitées en vert, rouge, jaune et bleu.

Structure

Le bâtiment repose sur structure en béton armé composée d’une fondation en béton, dalles coffrées et piliers, ce qui permet libérer les façades permettant de les délimiter avec d’autres matériaux et de créer des étages diaphanes parttout dans le bâtiment. La toiture couronnant les combles es réalisée en dalles de béton.

La zone de l’escalier et de l’ascenseur est la plus renforcée. De murs porteurs en béton armé agissent à la manière d’un noyau rigide face à l’action des charges horizontales. La toiture couronnant les combles es réalisée en dalles de béton.

Matériaux

Comme dans la plupart des constructions de Le Corbusier, ici sont utilisés à nouveau les cinq points de l’architecture, y compris le système de piliers et dalles permettant de longues portées. Étant le béton armé le protagoniste. Les dalles sont réalisées coffrées et appuyés sur des pieux.

Le revêtement du bâtiment est basée en murs de briques creuses permettant l’isolation thermique et acoustique, enduits au mortier, mais cette fois, les façades sont libérées et matérialisées sur un plan en verre et acier. Les menuiseries sont fabriquées en profilés métalliques, généralement extrudés, accompagnées de sa vitre en verre.

Le verre est dans ce cas utilisé pour générer des murs opaques, au rez-de-chaussée de l’immeuble, dans le hall, l’accueil et en général pour fournir de la lumière sur le bas de l’immeuble.

La grande majorité des sols sont posés en béton et certains en terrazzo. Les garde-corps sont fabriqués aux profilés en acier, tels que les grilles, les regards, les boîtes aux lettres et les meubles en général.

Un autre point important à noter est le schéma de couleurs distinctif de ce site, puisqu’il donne la vie à un endroit conçu pour loger des sans-abri. Il se sert des couleurs vert, rouge, jaune et bleu.

Photos