Année de Construction
1163-1345
Emplacement
Paris, France


Introduction

La cathédrale Notre-Dame de Paris est sans aucun doute l’un des symboles de la ville. Bien qu’elle ne soit pas la plus grande cathédrale de France, elle est l’une des œuvres d’art gothique les plus remarquables du pays.

L’évêque Maurice de Sully entreprend la construction de la nouvelle cathédrale à partir de 1163 sur le site d’une ancienne basilique dédiée à Saint-Étienne.

La construction a coïncidé avec une période de prospérité et de domination croissante de la ville, ce qui signifiait que l’œuvre devait refléter cette puissance. Ainsi, la construction s’est déroulée sans interruption en raison de problèmes économiques, bien qu’elle n’ait été achevée qu’au milieu du XIVe siècle, après de nombreuses modifications et interventions de différents architectes et artisans.

La cathédrale a subi de nombreuses modifications et restaurations, la plus notable entreprise en 1844 par Viollet-le-Duc et Baptiste Lassus, qui a duré 23 ans. Plus récemment, en 1965, des fouilles sous la cathédrale ont révélé l’existence de catacombes de l’époque romaine et de pièces médiévales.

Événements et références

Victor Hugo a écrit en 1831 son roman « Notre-Dame de Paris ». Son illustration poétique de l’architecture de la cathédrale a permis à beaucoup de la découvrir d’une manière différente. En 1804, Napoléon Bonaparte a été couronné dans la cathédrale et en 1909, Jeanne d’Arc a été béatifiée.

Orgue symphonique Cavaillé-Coll

Dès la construction de la Cathédrale Notre-Dame de Paris en 1198, un orgue symphonique est utilisé pour les messes et cérémonies. En 1403, un nouvel orgue de style gothique est érigé à l’endroit de l’orgue actuel par le facteur d’orgues Frédéric Schambantz. Il sonnera pendant plus de 3 siècles avec plusieurs moments d’ajouts et de rénovation, avant son démontage en 1730. Entre 1730 et 1733, un orgue de style classique est reconstruit, et ce n’est qu’à la fin des années 1860 que le grand orgue gothique que l’on connaît aujourd’hui prend vie. Il est érigé par le facteur d’orgues Aristide Cavaillé-Coll, considéré comme l’artisan d’orgues le plus réputé du XIXème siècle, tant par le nombre de ses oeuvres que par leur ampleur.

La construction de l’orgue Cavaillé-Coll se fait en même temps que le chantier de reconstruction mené par l’architecte Viollet-le-Duc. L’orgue est présenté à l’Exposition Universelle de 1867, et inauguré officiellement un an plus tard.

Le magnifique orgue Cavaillé-Coll se démarque particulièrement, tout comme la plupart des cathédrales gothiques, est dédié à la Vierge Marie. L’orgue se distingue par sa grande taille, l’élégante régularité de sa conception et l’introduction d’un nouvel élément technique, l’arc-boutant.

Emplacement

La Cathédrale Notre-Dame de Paris est située dans la partie est de l’île de la Cité, qui, en raison de sa position défensive, est à l’origine de la ville de Paris, en France. Elle est entourée par la Seine, avec des jardins devant et derrière. Sa façade donne à l’ouest et donne sur la place Notre-Dame, où se trouve le point zéro d’où toutes les distances en France sont mesurées.

Concept

Cette cathédrale présente encore une dualité d’influences stylistiques : d’une part, des réminiscences du roman normand avec son unité forte et compacte, d’autre part, l’utilisation déjà innovante des évolutions architecturales du gothique, qui confèrent au bâtiment une légèreté et une apparence de facilité dans la construction verticale et le support du poids de sa structure (le squelette de support structurel étant visible uniquement de l’extérieur).

La croix est « incrustée » dans le bâtiment, enveloppée par un double déambulatoire, qui circule autour du chœur à l’extrémité (à l’est) et se prolonge parallèlement à la nef.

En plus de la forme en croix, la cathédrale possède une façade de 40 mètres de large, une longueur de 130 mètres et une hauteur maximale de 69 mètres. Elle contient 5 nefs, 37 chapelles, 3 rosaces de 13,5 mètres de diamètre chacune et un total de 113 vitraux.

Façade

Grande rosace circulaire de Notre-Dame de Paris

La façade présente trois grands portails. Le Portail du Jugement Dernier, le plus important au centre, montre des sculptures représentant la résurrection des morts, un ange avec une balance pesant les vertus et les péchés et des démons emportant les âmes pécheresses, des images qui ont sans aucun doute eu un grand impact sur l’inconscient populaire au Moyen Âge. Les deux portails latéraux sont consacrés à la Vierge Marie et à Sainte Anne, sa mère.

La façade tente d’équilibrer la verticalité des deux tours, qui correspondent aux doubles nefs latérales du temple, avec l’horizontalité des bandes et des galeries décorées. Elle présente donc une division tripartite, alors qu’à l’intérieur, il y a cinq nefs dans l’église. Sa proportion répond à deux carrés qui s’interposent à mi-hauteur. L’axe de symétrie verticale la divise en six carrés et le rapport hauteur-largeur est de 3:2.

À environ 20 mètres du sol, une galerie avec 28 statues s’élève au-dessus des portails. Chaque statue, de 3,5 mètres de haut, représente les 28 rois de Judée qui ont précédé l’arrivée du Christ. Des fragments seulement subsistent des statues originales médiévales, car pendant la Révolution, elles furent détruites, croyant qu’elles représentaient des rois français.

Au-dessus du portail central, se distingue la grande rosace circulaire, de près de 10 mètres de diamètre, l’un des éléments les plus remarquables de la façade. Cependant, cette rosace n’est pas la plus grande de la cathédrale, car les façades nord et sud présentent des vitraux de 13 mètres de diamètre.

Structure

Le système novateur des arcs-boutants et des contreforts gothiques a été introduit ici, le seul capable de supporter les poussées de la haute nef centrale.

Les arcs-boutants ont été introduits vers 1175, alors que les préparatifs étaient en cours pour soutenir les voûtes de la nef. Lorsque les travaux ont commencé dans la nef principale, il a été décidé d’augmenter sa hauteur de 2 mètres. Cela a rendu le système de contreventement de la voûte principale, par le biais des toits des nefs latérales, insuffisant. Cela a été résolu par des arcs-boutants extérieurs, déjà utilisés au début du XIIe siècle.

Les arcs-boutants de la déambulatoire retiennent le mur à deux niveaux : le bras supérieur stabilise le mur intérieur du déambulatoire, contrant la poussée des voûtes. Le bras inférieur soutient les murs extérieurs.

La hauteur de la nef et la relative minceur de ses murs (1 mètre en moyenne) ont exigé la construction de contreforts extérieurs pour contrer la poussée latérale de la voûte. Grâce à la voûte en croisée d’ogives, les charges se concentrent sur des points précis, les piliers, ce qui permet au mur de se désintégrer et de se remplir de grandes surfaces vitrées. Au XIIIe siècle, les fenêtres du niveau supérieur (clairstory) ont été agrandies pour obtenir plus de lumière naturelle à l’intérieur. Cela a été rendu possible par le perfectionnement de la structure gothique.

Élévation

L’élévation partage les caractéristiques d’autres premières églises gothiques, avec ses trois niveaux caractéristiques :

  • Premier niveau – Arcs formero en ogive sur de grandes colonnes
  • Deuxième niveau – Tribune reliée à la nef centrale par trois arcs en ogive enveloppés dans chaque travée par un autre plus grand.
  • Troisième niveau – Clairstory avec des fenêtres constituées de doubles arcs en ogive et d’un autre supérieur circulaire.

Les tribunes de la cathédrale Notre-Dame, malgré leurs arcs élancés et leurs colonnes fines, ne remplissent pas de fonctions de soutien, elles sont remplacées par les arcs-boutants extérieurs qui soutiennent les poussées latérales des voûtes de la nef centrale.

Vidéo

Drawings

Photos

Fotos WikiArquitectura (Febrero 2012)

Otras Fotos

Broaden your architectural knowledge and culture
with exclusive contents, for just 3,99€/month