Appartements Lawn Road (Isokon Flats)

Architecte
Année de Construction
1932-1934
Emplacement
Hampstead, Londres, Angleterre
Certaines parties de cet article ont été traduites en utilisant le moteur de traduction de Google. Nous comprenons que la qualité de cette traduction n'est pas excellente et nous travaillons à les remplacer par des traductions humaines de haute qualité.

Introduction

Les plans d’architecture moderniste axé sur l’amélioration des conditions de vie à travers un large spectre, conduisant dans certains cas dans des logements massifs pour les travailleurs que Karl-Max-Hof à Vienne, ou d’autres, des blocs comme les appartements ‘LaWn Road’, logements ouvriers où s’infiltrèrent les intellectuels du nord de Londres. Pevsner décrit l’immeuble en béton armé comme un «travail gigantesque des années 30″

L’écrivain Agatha Christie, l’un des premiers habitants de l’immeuble, faisait la comparaison d’un paquebot: «il s’agit d’un bâtiment que j’adore, non seulement pour l’intégrité de son architecture, mais aussi pour sa promesse d’une vie plus libre. Le bâtiment a aussi accueilli Walter Gropius, Marcel Breuer et Lázló Maholy-Nagy.

L’immeuble a plusieurs propriétaires et à un certain moment a été renommé Isokon Flats. Aujourd’hui c’est un bâtiment classé dont l’aspect original on a essayé de garder tout en le mettant à jour pour répondre aux exigences actuelles.

Situation

Ils sont situés dans Lawn Road, Hampstead, au nord de Londres, derrière la station de métro Belsize Park.

Le bloc a été placé sur le terrain afin qu’ils puissent utiliser un espace le plus grand possible entre les tunnels ferroviaires, de façon à placer les salons vers le sud-ouest et obtenir un lieu de stationnement.

Concept

L’immeuble résidentiel Lawn Road, achevée en 1934 par Wells Coates, a été conçu comme une expérience sociale et architecturale dont l’objectif était de rendre possible un système de vie urbaine moderne. C’était le premier bâtiment de l’architecte.

Plan et Coupe d27un \”minimun flat\”

Projet

Ce bâtiment reconnu internationalement comme un bâtiment clé du mouvement britannique moderne, a commencé comme un projet de deux maisons commandées par Jack et Molly Pritchard.

Pour le couple Pritchard, l’occasion d’envisager la construction d’un immeuble d’habitation est arrivé au moment où Jack Pritchard a hérité de son père 5.000 livres sterling. Jack possédait un terrain derrière la station de métro Belsize Park.

La décision de remplacer la construction de maisons par des appartements a aussi été influencé par une exposition sur «l’art industriel britannique» présentée à Dorland Hall, Londres, en 1933. Alors, le cabinet Pritchard récemment crée, Isokon (Unité Construction isométrique) nom emprunté par l’immeuble, exposait un “minimun Flat” conçu par Coates, montrant le type de logement pourrant être destiné aux jeunes professionnels et suscitant leur intérêt.

Espaces

  • Minimun flats

Intérieur d27un \”minimun flat\”

Les petits appartements, 22 “minimun flats”, avaient une petite kitchenette équipée ne pouvant pas être habitée par des familles ayant des enfants: “sans cuisine et sans enfant».

Les appartements, comme indiqué sur les dessins, sont une tentative de réponse aux défis et aux contraintes de la vie moderne en simplifiant le plus possible l’espace donnant un maximum de confort et en utilisant le moins de matériaux.

  • Appartements

Du côté sud de l’édifice, il y a quatre appartements “doubles” à chambres séparées par des panneaux coulissants affrontés.

  • Études

Du côté Nord, sur la cuisine principale et les chambres du personnel au rez-de-chaussée, se situent trois études aux grandes fenêtres nord et balcons sud-ouest.

  • Combles

Dans les combles était ammenagé l’attique du couple Pritchard, puis un appartement voisin, mais indépendant, pour ses deux jeunes enfants. Ces deux unités ont été ajoutées à la conception originale.

L27extérieur du bâtiment avait suffisament de place pour 10 voitures
  • Parking

Au rez-de-chaussée, juste avant l’entrée du bâtiment, ils ont créé un espace pour un maximum de dix voitures.

Caractéristiques

Au rez de chaussée se trouvaient les bureaux du personnel, une cuisine communautaire et un petit restaurant. La cuisine a été rénovée par la suite par Marcel Breuer pour devenir l’Isobar. Également au rez-de-chaussée se situait la buanderie. Ces bâtiments préconisaient une utopie moderniste, actuellement un rêve oublié.

Le critique d’architecture JM Richards estime que ces appartements sont “plus près de la machine résidentiel que tout ce que Le Corbusier eu jamais conçu”.

Le bâtiment est une parfaite vitrine des croyances de Wells sur les avantages des règles minimalistes face à l’ornementation superflue de la maison victorienne. À sa place, il propose un petit appartement, propre, peu meublée et au chauffage central.

Le mobilier indispensable à la vie a été construit “in situ” dans chaque appartement. L’idée était que chaque occupant ne prendrait que leurs effets personnels et trouverai déjà fait tout ce dont il aurait besoin pour ses fonctions: la table, le canapé au matelas à ressorts et des couvertures, radiateur, tapis, lampes, miroirs, réfrigérateur, cuisine électrique, eau chaude centralisée, service de nettoyage et un chargé d’affaires pour le sbesoins des appartements.

Matériaux

Structurellement, les départements ont été construits en béton armé.

Les parois extérieures avec 10 cm d’épaisseur ont été à l’intérieur d’une couche isolante de 2,5 cm, constitué par des plaques de liège pressé placés à l’intérieur du coffrage. Les cloisons entre les ministères des deux côtés étaient bordés de blocs de calcaire, avec une séparation entre eux d’environ 5 pouces et rempli de partitions bandes collées à combler cette lacune. Les autres murs ont été enduits à l’intérieur. Les ministères sont insonorizaron que possible.

Les sols des départements ont été recouvertes d’une couche de ciment mélangé avec du calcaire sur lequel il a enregistré un modèle ressemblant à carreaux et puis colorés avec des colorants spéciaux.

Les panneaux coulissants qui divisaient les grands ministères étaient en contreplaqué de bouleau.

À l’extérieur des murs terminaisons ont été réalisées avec deux couches de révocation teints et étanche à l’eau du ciment, appliqué directement sur le coffrage de béton.

Vidéo

Plans

Photos